ET SI TA COPINE (OU TON COPAIN) ET TOUS TES AMIS ÉTAIENT DES ACTEURS ? | Clement Frenay

Attention : Si vous n’avez pas vu le film The Truman Show et que vous souhaitez le voir, faite-le avant de lire cet article, parce que je vais parler des points clés dans cet article.

 

Comment est-ce que vous réagiriez si vous vous rendiez compte que tous vos amis étaient des acteurs ? Comment est-ce que vous réagiriez si vous vous rendiez compte que votre partenaire était un acteur/une actrice ?

Et si tous tes amis étaient des acteurs ?

 

Dans le film « The Truman Show », Truman vit une vie paisible, il a une femme très jolie, des voisins sympas, un très bon ami sur qui il peut compter, bref, la vie parfaite.

Cependant plusieurs incidents lui font douter des gens autour de lui, il se met à tout remettre en cause et à tenter de faire tomber les masques jusqu’au jour où, convaincu que tout le monde lui ment, il tente de fuir en prenant la mer.

Après avoir résisté à la tempête il finit par atteindre le bout de la mer : il tape dans un mur peint pour ressembler à l’horizon. C’est à ce moment-là qu’il a la preuve de la supercherie : tout son monde n’était en réalité qu’un gigantesque studio, sa vie était une émission de télé-réalité et il était le seul à ne pas le savoir.

Tous les gens autour de lui étaient des acteurs.

Alors qu’il se trouve au bout du studio il doit choisir entre quitter sa vie confortable mais fausse ou choisir d’explorer l’inconnu.

Et si c’était toi l’acteur ?

 

Cet après-midi je faisais un coaching avec un mec qui a perdu sa copine et la plupart de ses amis parce qu’il n’était pas vraiment authentique quand il était avec eux.

J’ai immédiatement pensé au Truman Show, sauf qu’à la différence du film, ce serait lui l’acteur, c’est lui qui joue un rôle et qui n’est pas vraiment lui-même.

La conséquence ? Le jour où les gens s’en rendent compte, la plupart choisissent de le quitter.

Et ensuite s’en suit la douleur et le remord, il y pense tout le temps et s’en veut d’avoir perdu cette fille.

Et c’est là que je lui demande : si tu avais été Truman, est-ce que tu aurais choisi de rester dans le monde du faux, ou est-ce que tu aurais préféré affronter la peur du vrai et quitter le studio ?

Là bien sûr c’était plus facile, il préférait quitter les fausses relations de son studio.

Et pourtant dans la vraie vie il s’accrochait à la fausse relation qu’il entretenait avec cette fille et avec ses amis. Mais qu’est-ce qui se passerait pour lui s’il choisissait de quitter le studio ?

Moi je l’ai fait, et je vais vous dire ce que j’ai ressenti…

Le jour où j’ai cessé d’être un acteur avec les femmes

 

Il y a quelques années j’étais avec une fille que j’aimais beaucoup, mais je cachais un côté plus faible de moi, une tendance à être déprimé et ne rien pouvoir faire par moment.

Elle m’aimait beaucoup parce que je sortais tout le temps, j’étais fun, et j’étais chaleureux. Mais arrivé à la rentrée j’ai dû aller habiter chez elle dans sa toute petite chambre parce que je trainais pour trouver un appart, et là le masque ne pouvait plus tenir.

Un mois après elle me quittait.

À la sortie de ça, je me suis promis d’être beaucoup plus authentique et de me montrer avec mes failles en attendant de les combler.

Un an plus tard je rencontre une fille super. Elle me plait beaucoup mais je prends mon temps. Je me rends rapidement compte que j’aimerais bien commencer un truc avec elle mais je ne lui dit pas parce que je me dis qu’elle pensera que c’est pas le bon moment, et je préfère attendre de sentir qu’elle a vraiment envie.

Pendant 1 mois et demi je ne donne plus trop de nouvelle en essayant de ne pas trop penser à elle et pour me focaliser sur mon travail. Arrivé son anniversaire je l’appelle pour lui proposer qu’on se voit, elle me répond que comme elle n’avait plus de nouvelles elle pensait que je m’en foutais d’elle et qu’elle a rencontré quelqu’un d’autre.

J’étais sur le cul, je n’avais de nouveau pas été authentique à 100% et ça m’a rapporté une nouvelle grosse gifle.

La semaine d’après je partais en Inde et je me suis juré qu’à partir de maintenant je serais 100% authentique avec TOUT le monde. Si la fille ne m’aime pas comme je suis au départ, alors elle n’a qu’à partir, mais je préfère tout lui montrer au début plutôt que de retomber dans le même schéma.

Le moment où j’ai pris cette décision, j’ai ressenti une immense libération en moi, comme un poids que j’avais porté depuis longtemps et qui tombait d’un coup. Je me sentais libre, rapide, puissant et sans peur.

À mon retour d’Inde je vais aborder plein de filles en étant 100% moi, j’en ai plusieurs qui s’intéressent à moi et là, celle d’avant me recontacte pour qu’on se voit.

On se donne rendez-vous, je suis sans masque, je joue cartes sur table.

Aujourd’hui ça fait plus de 2 ans que je suis avec elle.

Est-ce que ça durera pour toujours ? Je ne sais pas. Mais une chose est sûre, je ne vais plus jouer l’acteur dans ma propre vie. Je vais être 100% moi tout le long, faire de mon mieux et on verra jusqu’où ça nous mène.

En attendant, je n’ai plus peur.

Le jour où j’ai cessé d’être un acteur avec mes amis

 

Je n’ai jamais vraiment aimé me bourrer la gueule. Bon sauf en Corse. Mais hormis la Corse, je n’ai jamais vraiment aimé ça. Mais je le faisais pour être inclus dans le groupe, pour être accepté, pour être cool.

Au final je ne m’amusais pas vraiment à ces soirées. D’ailleurs très souvent j’essayais discrètement de décourager les gens de sortir, j’essayais d’amener la soirée à mourir tranquillement pour qu’on ait le droit de se coucher plus tôt.

Ah oui parce que quand t’es en soirée tant que le groupe a pas décidé de se coucher si toi tu tentes de te coucher tu vas te faire humilier, et ils vont s’assurer que tu n’arrives pas à dormir avant eux.

Je me rappelle même d’une fois où un mec m’a passé l’aspirateur dessus, avant de passer la tondeuse…dans la cuisine !

Bref, c’était une horreur pour moi, mais je me forçais pour être accepté dans les groupes et pas passer pour le mec déprimé que j’étais.

En découvrant la séduction authentique, j’ai vite compris que je serais plus attirant en étant plus moi-même. J’ai donc commencé à développer ça petit à petit avec une décision importante : j’ai arrêté de boire.

Plus d’alcool en soirée.

Le couperet n’a pas tardé à tomber, j’ai reçu quelques mois plus tard le message d’un pote qui me disait que j’avais trop changé, pris le melon, et qu’il voulait plus trainer avec moi.

Même s’il y avait une petite partie de tristesse en moi, 90% de mon émotion c’était du soulagement. Je n’ai plus à faire semblant.

J’ai continué de plus en plus à polariser en étant moi. Polariser, ça veut dire créer du pôle + et créer du pôle -, créer des gens qui t’adorent et des gens qui n’ont pas envie de te voir, mais ne rien laisser au milieu.

J’ai perdu plusieurs amis, mais j’en ai rencontré d’autres.

Et les amis que j’ai rencontrés me soutiennent dans cette nouvelle direction de vie, ils m’encouragent, ils m’apprécient pour ce que je suis vraiment, et pas pour le masque que je porte espérant être accepté.

Et ce qui est marrant, c’est que certains de mes anciens amis ont beaucoup changé eux aussi, et on pourrait certainement de nouveau être amis aujourd’hui et s’apprécier beaucoup plus qu’avant.

En devenant pleinement authentique et en polarisant, on perd plein d’amis, mais on en gagne aussi plein d’autres, et peut-être qu’on en retrouvera des anciens qu’on avait perdu, mais une chose reste toujours : on se sent soulagé, libre et puissant.

Est-ce que tu vas sortir du studio ?

 

Est-ce que tu vas choisir la peur de l’inconnu dans la vie réelle, ou est-ce que tu vas choisir le confort d’une vie fausse ?

C’est ton choix, ta responsabilité.

Moi j’ai choisi, et je ne reviendrais en arrière pour rien au monde.

Si cet article vous a parlé, soyez mes ambassadeurs, partagez-le à deux de vos amis !

En attendant, je vous embrasse, et je vous dit à bientôt !

Clément

PS : Avant de partir, clique ici pour recevoir les prochains articles par email et si tu as une question, tu peux me la poser via le formulaire de contact ou directement sur Facebook.