ET SI ON RIGOLAIT SANS RAISON ? | Clement Frenay

Je suis sur le bureau, Alexis (mon colloc) casse des œufs dans la cuisine : un, puis deux, puis trois, puis quatre, puis cinq, et là je me met à rire. Je trouvais marrant le bruit des œufs qui craquent, et surtout la répétition du bruit des œufs qui craquent.

Et là je me suis dit : Pourquoi est-ce qu’aujourd’hui ce bruit me faire rire alors que j’ai dû l’entendre des centaines de fois avant et que ça ne m’a jamais fait rire ?

Qu’est-ce qui a changé en moi pour que cette fois-ci ça me fasse rire ?

Qu’est-ce qui se passerait si je pouvais rire aussi facilement pour des détails aussi futiles ?

 

PS : Avant de partir, clique ici pour recevoir les prochains articles par email et si tu as une question, tu peux me la poser via le formulaire de contact ou directement sur Facebook.